Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» dyspraxie?
Jeu 13 Fév - 12:34 par Invité

» Rééducatrice scolaire
Dim 10 Fév - 7:07 par Didine

» 2013 : ce qui va changer pour le handicap
Dim 13 Jan - 6:52 par Didine

» PLANETE AUTISME bande annnonce !!!
Mer 19 Déc - 19:56 par Didine

» COMMISSION D'ENQUETE PARLEMENTAIRE
Lun 10 Déc - 7:40 par Ségo27

» Les chemins génétiques associés aux troubles neurodéveloppementaux
Dim 9 Déc - 21:35 par Ségo27

» Les enfants handicapés, ces mal aimés
Sam 8 Déc - 15:32 par Ségo27

» Pour que le gouvernement change !
Sam 8 Déc - 13:15 par Ségo27

» scolarisation en milieu ordinaire
Sam 8 Déc - 13:13 par Ségo27

Sondage

Comment avez vous connu le forum ?

0% 0% [ 0 ]
60% 60% [ 3 ]
40% 40% [ 2 ]
0% 0% [ 0 ]
0% 0% [ 0 ]
0% 0% [ 0 ]

Total des votes : 5


Le PECS, système de communication alternatif

Aller en bas

Le PECS, système de communication alternatif

Message par Ségo27 le Mar 23 Oct - 9:52

Le PECS, système de communication alternatif

Société québécoise de l'autisme, septembre 1999

Présentation de la méthode
Un aperçu du fonctionnement
Considérations pratiques
Conclusion
1. Présentation de la méthode
Mettant à profit leurs années d'expérience auprès d'une clientèle autiste, le Dr Andrew S. Bondy et sa collaboratrice, Lori Frost, ont mis au point le système PECS (Picture Exchange Communication System) vers la fin des années 80.

Le PECS se présente à la base comme une méthode de communication alternative, conçue à l'intention des autistes qui ne s'expriment pas verbalement, ou à peu de chose près. Bien qu'il soit souhaitable de commencer les exercices le plus tôt possible, notons que le PECS a déjà été utilisé avec succès auprès de certains adolescents et adultes autistes.

Cette approche originale, qui fait l'objet d'une reconnaissance croissante de la part des professionnels, intègre les principes de base de l'analyse comportementale appliquée (ABA). Aussi, à l'image des approches éducatives reconnues dans le traitement de l'autisme, le PECS préconise la personnalisation de la thérapie, l'intervention des parents et la généralisation éventuelle des acquis. D'autre part, comme il s'agit d'une méthode axée sur la communication, le PECS peut éventuellement être combiné avec une approche comportementale de manière à obtenir des changements encore plus généraux.

De façon spécifique, le PECS se concentre donc sur l'émergence d'une communication efficace entre les autistes et le monde extérieur. Pour y parvenir, on mise sur des exercices préalablement structurés, bien que l'on tire également profit des situations quotidiennes et de leur spontanéité. Dans une perspective de communication, le système fait en sorte que les enfants apprennent rapidement à approcher les autres pour amorcer l'interaction par eux-mêmes.

Dès le début des applications pratiques, la communication s'impose comme clairement intentionnelle; elle devient de plus en plus compréhensible et naturelle au fil des exercices.

haut de la page

2. Un aperçu du fonctionnement...
Le fonctionnement de base du PECS peut être facilement compris et adapté à la plupart des cas, sans toutefois nécessiter de préparation complexe ou de matériel coûteux.

De manière globale, le système est construit autour de l'utilisation de pictogrammes : ceux-ci prennent souvent la forme de dessins schématiques représentant un objet, une idée ou une action. Sous l'image, on trouve généralement la signification du concept formulée en un ou quelques mots.

Avant de choisir les pictogrammes les plus appropriés au futur élève, la première étape consiste à identifier des renforçateurs puissants grâce auxquels la personne autiste sera motivée à communiquer. Il peut s'agir de ses aliments favoris, d'un jouet, d'une activité aimée, etc. On classe ensuite les éléments trouvés dans un ordre hiérarchique de façon à déterminer leur efficacité potentielle.

Une fois cette liste établie, l'intervenant ou le parent commence à enseigner à la personne autiste comment échanger l'image correspondante contre l'item qu'elle désire. Si, par exemple, l'élève tend le pictogramme d'une pomme, on lui en donne une. En répondant tout de suite à sa demande, on lui apprend donc à associer l'image avec la réaction obtenue. Fait à noter, durant ces exercices, il est conseillé d'éviter les suggestions et les incitations verbales, de manière à favoriser l'apparition de requêtes spontanées.

Une fois que l'enfant a acquis la compétence d'échanger un dessin, l'entraînement doit alors s'orienter vers la persistance des acquis et leur généralisation. Par exemple, on apprend à l'enfant à se déplacer sur de plus grandes distances pour trouver un partenaire de communication ou un pictogramme particulier. On lui enseigne également à formuler ses requêtes dans des environnements divers, avec différentes personnes et des renforçateurs variés.

Pendant ces phases initiales, précisons qu'aucun choix entre les dessins n'est encore demandé. On se concentre davantage sur les réactions de l'enfant plutôt que sur la formulation du message. La troisième phase de l'entraînement implique, pour sa part, le choix entre différents symboles. Il s'agit alors pour l'élève de distinguer les pictogrammes les uns des autres en fonction de leurs significations respectives. Dans un quatrième temps, il doit d'ailleurs parvenir à les combiner pour construire des «phrases» qui peuvent être comprises par l'interlocuteur. Celui-ci, de son côté, doit apprendre à différencier la requête du commentaire.

Graduellement, les élèves peuvent apprendre à répondre à des questions directes; certains développeront aussi un langage oral. Soulignons d'autre part que, même si un important pourcentage d'autistes ne communique pas clairement de façon verbale, cela ne témoigne pas pour autant d'une faible intelligence. Ce mutisme traduit plutôt leurs dysfonctionnements typiques en regard à la communication et à la socialisation.

haut de la page

3. Considérations pratiques
En ce qui concerne le matériel nécessaire à l'application du PECS, plusieurs options sont possibles. La Pyramid Education System Inc., une compagnie dont font partie les créateurs de la méthode, préconise le recours à ses propres séries de pictogrammes mises au point par des spécialistes. Néanmoins, il est tout à fait possible pour un intervenant ou un parent d'employer avec succès les illustrations de son choix.

Si un intervenant souhaite préparer le matériel lui-même, il peut, par exemple, se baser sur des modèles de dessins trouvés dans les bibliothèques publiques, à titre de référence, ou recourir à des photographies, à des images dénichées dans des revues, etc. : l'important est que les pictogrammes choisis soient clairs et représentatifs d'un objet ou d'une réalité quotidienne.

Pour les personnes désireuses d'obtenir un encadrement plus soutenu, notons que les créateurs du PECS ont mis sur le marché un document, le PECS Training Manual (Frost et Bondy, 1994), de même qu'une vidéocassette d'entraînement. Leur compagnie, Pyramid Inc., organise également des ateliers d'informations qui ont principalement lieu aux États-Unis.

Plus près de nous, les principes relatifs au PECS sont aussi appliqués dans quelques établissements québécois qui accueillent une clientèle autiste.

haut de la page

4. Conclusion
Quel que soit l'endroit ou le moyen choisi pour mettre le système en pratique, on constatera aisément que les principes du PECS peuvent être modelés de manière à s'adapter aux besoins et aux intérêts de chacun. Pour cette raison, il fait sans doute partie des méthodes d'apprentissage les plus flexibles qui soient parmi celles communément destinées aux autistes.

_________________

avatar
Ségo27
Modérateurs
Modérateurs

Messages : 104
Points : 2556
Réputation : 2
Date d'inscription : 04/10/2012
Age : 51
Localisation : Broglie

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum